Émancipation intégrale des femmes ougandaises

Depuis la fin de 2018 on a décidé de travailler en Ouganda avec
Petit Detalls, dans leur projet Gomesi, avec l’objectif d’atteindre l’indépendance économique
de trente groupes du district de Jinja.

900 femmes

ont profité de ce projet mis en place aux comtés de Butagaya et
Buyengo (District de Jinja) en 2018.

Le projet est constitué par trois blocs:

En 2018, presque le 35% des entrepreneurs en Ouganda ont été des femmes.

C’est le pays avec le taux le plus élevé du monde.

Chaque semaine tous les membres des groupes d’épargne contribuent avec 0,25 et 1,25€ pour un fonds commun, auquel ils peuvent demander des crédits selon le montant de sa contribution avec un intérêt du 5 %.

On a mis à disposition des membres de chaque comté un consultant financier : il conseille des groupes d’épargne de sa zone, appuie la comptabilité et oriente des femmes pour créer des entreprises en forme de coopérative. Ce professionnel aussi forme des femmes aux compétences aussi importantes comme le leadership ou l’esprit d’entreprendre.

En savoir plus »

Des ougandaises bénéficiaires du projet Gomesi.
On forme des femmes ougandaises en finances et entreprise.
Plus du 80% des membres des groupes d’épargne sont des femmes.

30 groupes d’épargne

qui fonctionnent comme coopératives de crédit.

631

crédits atteints.

37

nouvelles coopératives créées.

Formation de couture dispensée par professionnels de la communauté.

Aux formations dispensées chaque mois pendant deux semaines, les femmes de Gomesi apprennent gratuitement des compétences comme la fabrication de savon, couture, pâtisserie, cuisine et construction des fours locaux.

En chaque comté il y a un professionnel CBT (Community Based Trainer, en anglais), chargé de motiver et aider les femmes pour qu’elles puissent assister aux sessions, dispensées généralement par professionnels de la même communauté.

En savoir plus »

Selon une étude d’ONU Femmes, les femmes d’entre 20 et 34 ans sont plus susceptibles de vivre en dessous du seuil de pauvreté.
Grâce à la formation professionnelle, on construit des opportunités pour des femmes.
Défendre l’émancipation des femmes aussi favorise les générations futures.

49 %

de fréquentation moyenne aux formations pendant 2018.

Le projet Gomesi est ouvert à toute la communauté, pas seulement aux femmes.

Pour atteindre l’émancipation intégrale des femmes, des débats communautaires sont organisés chaque semaine. Ici, on peut identifier et trouver des solutions aux problèmes réels quotidiens des femmes rurales ougandaises.

La personne chargée de ces sessions est le Facilitateur (Facilitator, en anglais) : un professionnel qui choisit et recherche le sujet du mois et modère les débats, ouverts à tous les membres de la communauté.

Des problèmes traités

Le mariage et la grossesse infantile, la violence domestique, la sécurité alimentaire, l’exploitation infantile et la scolarisation.

En savoir plus »

Une des bénéficiaires exprime son opinion dans un débat communautaire.
Selon une étude d’USAID (2016), le 47% des femmes ougandaises a été victime de violence physique ou sexuelle perpétrée par son partenaire.
Deborah Mutesi, coordinatrice du projet Gomesi, dans une session.

42 %

de fréquentation moyenne des membres aux

débats communautaires.

62 %

de participation active moyenne des

hommes aux sessions.

33 %

de participation active moyenne des femmes

aux sessions.