Santé

Le centré de santé à N’Gabacoro Droit en juillet 2015.

2016 : Réforme du centre de santé à N’Gabacoro Droit

En été 2016 on a atteint le premier objectif du projet Djouma: réformer le CSCOM d’un petit village aux environs de Bamako, où notre histoire a commencé. Avec le soutien de tous nos collaborateurs, on a réparé le toit et les pannes du système d’eau ; on a remplacé l’installation électrique, les fenêtres et du mobilier cassé ; on a installé des moustiquaires et on a peint tous les murs de l’hôpital.
En plus, l’association locale des jeunes et l’ONG malienne Solidarité Action Plus se sont coordonnées avec le comité de gestion du centre de santé et, depuis lors, ils organisent des sessions de nettoyage et désinfection de l’hôpital et des environs. Cet engagement de prévention, avec la réforme du bâtiment et le don des matériaux d’AF Guardian en 2017  ont fait du CSCOM à N’Gabacoro Droit le centre de santé de référence dans la région.

Hawa O. : infirmière et sage-femme du centre santé.
Le CSCOM à N’Gabacoro Droit, reformé en été 2016.
Premier accouchement au centre de santé après la réforme.

Au cours de l’année 2018

4.509 patients

ont été traités à la section de soins du CSCOM.

1.145 personnes

ont été vaccinées contre la tuberculose

au CSCOM.

119 traitements

ont été administrés pour combattre

la malnutrition aiguë sévère.

1.569 mères

ont suivi l’évolution de ses grossesses.

437 bébés

sont nés au CSCOM à N’Gabacoro Droit

793 femmes

ont profité du programme de

planification familiale.

Éducation

En Mali, seulement le 30% des enfants ont accès à l’éducation préscolaire.

2017 : Construction d’un jardin d’enfants à Bamako

Le travail constant depuis 2014 avec l’équipe académique de l’école publique de Bandjougoubougou (Bamako) a forgé une relation de confiance et coopération qui, en 2016, a été matérialisée avec le propos de construire un nouveau jardin d’enfants pour des plus de soixante-dix enfants d’entre trois et six ans.

Jusqu’au moment, la salle de préscolaire était une cabane de ciment et amiante dans laquelle la chaleur était insupportable et les étudiants n’avaient pas de la place pour se déplacer librement.

Grâce à la collaboration de toutes les personnes qui ont confié à nous, le 6 juillet 2017 on a commencé avec la construction d’un nouveau jardin d’enfants pour l’école publique de cet humble quartier de Bamako. Un mois plus tard, il a été inauguré.

Ancienne jardin d’enfants de l’école publique à Bandjougoubougou (Bamako).
Sali K. : avec treize ans doit défendre devant sa famille son droit à l´éducation.
Jardin d’enfants de l’école publique à Bandjougoubougou (Bamako) construit en 2017.

33,1 %

Était le taux d’alphabétisation en 2015 du Mali entre les personnes de plus de 15 ans (45,1% des hommes et 22,2% des femmes).

3 enfants sur 10

Étaient enregistrés aux gardes d’enfants en Mali en 2012.

La plupart des familles attend que les enfants aient 7 ans pour les enregistrer aux écoles primaires.

50 Enfants

Ont été enregistrés pour l’année

2018/19 à la nouvelle garde de

Bandjougoubougou : 25 garçons et 25 filles

de moins de 7 ans.